Rugby sHop
24 mai 2019

Un dimanche avant 15 h …

Chaque match de phases finales est un évènement. Cette vérité intemporelle et réelle à tous les niveaux transporte tous ceux qui ont eu la chance d’en vivre au moins une. Le souvenir d’au moins un match restera gravé à vie dans le cœur de chaque joueur. Peut-être pas une finale, peut-être pas le jour même du match. Et si c’était ce soir ?… Et si c’était demain ?..; Et si c’était pour toi ?…

 

Un dimanche avant 15 h …

 

Le monde paraît. De plus en plus, paraître est plus important que d’être. Et faire. Mais bordel qu’il est bon de retrouver des vérités de la terre. « Des vérités de bouseux » diront les plus snobs (lisez superficiels) d’entre nous.

Cette semaine, mercredi, après avoir planté quelques cœurs de bœuf et quelques piments doux des Landes, je suis allé me balader par là. Sentier faisant, j’ai croisé un terrain. Ou l’inverse. C’est fou le hasard …

La voix rauque, puissante et posée à la fois, m’est tout de suite apparue familière. Pas que je connaisse celui « qui avait la main », mais elle m’a tout de suite renvoyé à des souvenirs émus de moments qui comptent. Des moments ovales bien sûr, si je vous parlais là de couture, j’écrirais dans « Nous Deux Magazine » ! Ces moments donc qui précèdent les grands rencards. Les définitifs, ceusss que si tu les perds, tu es mort…

 

(L’homme aux tempes grises s’exprime clairement. Il use de ponctuation qui suspend le temps et raréfie l’air. Ça déglutit mais c’est sec. Tout est sec et épais. Les 3 points de suspension répétés sont autant de coups de masses sur des poutres grosses comme des troncs d’arbres. Les têtes s’ouvrent à la voix, les esprits se ferment. Plus qu’une issue possible et la même pour tous …).

« Les gars … maintenant on y est … Je n’ai pas besoin de vous rappeler l’importance de dimanche. Il est question de vie ou de mort… Pas la vraie mais la nôtre. Donc finalement la vraie !.. Je parle là de la mort de notre aventure… Je sais qu’aucun d’entre vous ne la souhaite. Ne pas le souhaiter c’est le minimum… Mais là on va faire mieux : on va choisir de rester en vie. Et pour rester vivant, tout est simple et vous savez tout faire … »

 

(Le regard accompagne les mots. L’homme fort regarde ses joueurs, un à un et crie des silences d’une tonne pièce. Il parle lentement, les mots sont pesés. Tous ont de l’importance …).

« Ce qui va merder dimanche merdera à cause de ce soir et vendredi.
Ce qui réussira dimanche réussira grâce à ce soir et vendredi ! »

 

(Il gagne leur engagement futur. Les gestes accompagnent les phrases. Au bout de son bras gauche, sa main guide son index comme la baguette du chef d’orchestre impose le tempo aux musiciens).

« Alors les gars, ce soir gros gros gros entraînement de votre part avec un investissement de très haut niveau ! Les gars j’attends de vous 4 choses dès maintenant ».

 

(La voix monte. Le rythme du phrasé reste lent mais le ton impose le respect, l’écoute. Plus de place à l’oisiveté, aux regards fuyants).

« Aux hommes que vous êtes je veux de vous, un, votre confiance envers nous sur le contenu qui va suivre et deux, une adhésion totale !
Aux joueurs que vous êtes je veux de vous, trois, une concentration maximale et quatre, un engagement pas que physique ! »

 

(La voix s’emballe un peu. Il vit ce qu’il dit. Il l’a en lui, c’est sûr. L’heure est à la vérité imparable, celle qui l’unit aux siens bien au-delà du rugby).

« Si on s’approche du 100% de ce que l’on doit maîtriser, alors il ne peut rien nous arriver.
L’arbitre, les cons en face, la météo, même si ces 3 éléments sont contre nous dimanche, rien ni personne ne pourra nous empêcher d’avancer ! A condition de se respecter ! Et de respecter notre engagement moral ! Discipline ! Enthousiasme ! Engagement ! »

 

(Ses yeux traduisent à la fois une sérénité et une croyance absolue en ses mots. Il est habité par sa mission. Il dégage une force et une passion qui ne laisse aucun des siens indifférents. Les siens qui, inconsciemment, se sont serrés. Les mains serrent les maillots …)

« Il peut tout se passer dimanche, tout. Dans un match de rugby vous le savez, il y a des choses qu’on ne maitrise pas. Mais ce que nous sommes, ce que nous savons faire, ce que nous maitrisons, notre rugby, notre amour, si nous l’élevons à quelque chose proche de 100%, alors là les gars, putain alors là  … »

 

Il n’a pas fini sa phrase … Pas besoin. Les yeux de tous sont rougis par l’intensité, la force du moment. Et de celui qu’ils se sont promis. Leur entraînement sera bon ; très bon …

 

Je paierais pour être lui ou un des leurs dimanche avant 15 h. Dimanche, le public pense assister à un match de rugby. Ces mecs là et quelques gars autour le savent : il se joue là bien plus qu’un match de rugby. De ces matchs sans fin où les mi-temps durent une éternité …

 

Miga Latapi

PartagerShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *