Rugby sHop
5 octobre 2018

Supporter

Les joueurs bien sûr. Les entraîneurs obligatoirement. Les dirigeants sans qui rien n’est possible. Les partenaires certes. Et les supporters ! Ah les supporters …

Après le poulet du dimanche midi en famille, un peu comme on va à la messe, nous prenons la direction du stade voir les nôtres. Un peu par habitude, beaucoup par passion et par amour du village, du club et de ces jeunes devenus adultes, nous allons voir les nôtres sauver la patrie. Y a bien ces matchs à la télé que le président de la FFR a failli repousser tard pour qu’on puisse rester un moment avec les nôtres mais non. Ce sont finalement les promesses de campagne qui sont repoussées …

Il a même tenté de nous proposer un médicament pour faire passer la pilule avec ce beau téléviseur offert à chaque club mais on n’est pas dupe : on sait très bien « que le poste de télévision », au lieu de l’avoir devant les yeux, c’est bien derrière et plus bas qu’il a tenté de nous le placer. Et il a beau dire et nous le tourner comme il veut, « ça ne passe pas ». Et les recommandations « proctocolaires » du docteur Simon n’y changeront rien …

 

Supporter

 

Car nous, ce qui nous plait c’est d’aller au rugby !

 

Avant on est là …

Allez voir le fils de Bernard qui était déjà un bon gamin et qui là est en passe de devenir le patron de l’équipe fanion ! Nous, là où l’on se marre, c’est quand on voit le petit fils de « Jean Ma » a qui on ne filait pas un kopeck quand il avait 12 ans et qui maintenant ne dépareille pas au milieu des gaillards ! Le rugby, on le connait par cœur nous. D’ailleurs chaque semaine on fait l’équipe. On a même des conseils à donner à Jacques Brunel mais on n’est pas entendu. Pourtant, on s’y connait, on en explique des choses. Et puis pas des trucs où l’on s’interroge, ah non : nous on s’exclame, on affirme, on connait la vérité vraie qu’on se demande même comment ceusss qui décident ne la voient pas ! Alors quand ils passent en bas des tribunes à 14 h 53, on ne manque pas d’envoyer un dernier coup de gueule : sûr que ça va leur servir pour le coup d’envoi ! Qu’ils sachent qu’on est avec eux s’il y a besoin …

 

Pendant on leur dit !

Et la vérité on l’a même sur l’instant : « écarte Paulo, écarte !! ». «Mais donne là … Mais donne !». « Saute en touche Pikou, saute ! ». « Brrrrrravo Anthonyyyyyy ! ».

On est comme ça nous. Des tribunes, on les voit les coups à jouer, ce n’est pas compliqué quand même le rugby : les avants vaillants, les trois-quarts dar’ – dar’ ! Des fois on râle. Enfin, des fois on ne râle pas, mais c’est rare. De toutes façons, si tu ne leur dis rien, ils n’en font pas plus alors on les aide, c’est sûr … S’ils nous entendent ? Et pardi !! D’en haut, on a la voix qui porte mieux que les entraîneurs qui ne leur crient pas assez dessus !

 

Après on leur explique …

Allez va, ils ont fait leur match. Ah ça oui ils en ont tombé des ballons ! S’ils ne mettaient que des coups de tatane ils feraient moins d’en avant mais bon … Mais quand tu vois ceusss de la télé qui ne font pas mieux parfois…. Mais eux ce n’est pas pareil, c’est la muscu ; Ben oui, à force d’avoir les bras qui gonflent, ils ont les biceps qui touchent trop vite les pectoraux, ou l’inverse. Et du coup ils ne peuvent pas serrer les bras et le ballon …

Le match fini, on va aller partager un petit gorgeon avec eux quand même, ils le méritent. On va aussi leur expliquer deux ou trois trucs. Et puis on va aussi leur raconter « qu’à l’époque … ». Parce qu’on a joué nous aussi et ils ne vont pas nous la faire. Parfois après le premier gorgeon on rentre. Parfois… Mais Chabal et Heymans, qui ont été de bons joueurs certes, les entendre expliquer superficiellement un sport qui ressemble au rugby, je me demande si même la ménagère de moins de 50 ans s’y retrouve …

 

 

Alors on reste boire l’avant dernière. Au passage on glisse un conseil à l’entraîneur. A la troisième avant dernière tournée, on est même capable d’expliquer à Pec, que sa position en mêlée eh bé il devrait plutôt mettre le bras là et allonger ses appuis. Mais la dernière fois que DD, qui n’a jamais joué devant, a voulu lui montrer, il en a eu pour un passage de 10 jours au service du mal au dos du Docteur Chaubet !

Que voulez-vous, on est comme ça nous, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il tombe de la … ils sont un peu tous nos gamins, c’est la famille. Rien n’y fera, qu’on perde ou qu’on gagne, on les supporte les petits. Eux aussi je crois …

 

 

 

Miga Latapi

PartagerShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Une réaction au sujet de « Supporter »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *