Rugby sHop
28 mars 2019

Stade Toulousain – changement d’ère !

A l’heure où, petitement ce week-end, nous règlerons nos pendules pour passer à l’heure d’été, le Stade Toulousain alignera les planètes, rien de moins.

Le club du Président Lacroix, avec la manière, se met lui à l’heure de printemps.  Au-delà de cet épiphénomène, c’est bien un changement d’ère qui s’opère cette saison en bord de Garonne avec un effet singulier : si on ne peut pas parler de vierge rouge comme cette équipe Stadiste qui avait oublié de perdre dans les années 20, ce Stade-là porte une vérité qui, nous l’espérons, va influencer tous les décideurs de tous les clubs, pros et amateurs, à avancer dans une logique érigée au rang de principe indéfectible : le rugby est un jeu. Le rugby se partage. Le rugby est un héritage qui se doit de savoir et respecter d’où il vient pour savoir où aller. Et ainsi respecter ce qu’il est vraiment.

Ce Stade-là, avec quelques semaines de petits bonheurs à venir, serait-il intemporel, limite irréel ? 

 

Stade Toulousain – changement d’ère !

 

Dans le moindre troquet d’obédience ovale, le Stade Toulousain alimente les conversations depuis le début cette saison. Sans discussion aucune, même si d’autres références existent avec d’autres grandes équipes, trois clubs ont marqué l’histoire du rugby français : le grand Lourdes de Jean Prat, le grand Béziers de Raoul Barrière et le Stade Toulousain ! Et ça continue …

 

Projet de club

Les Rouge et Noir impressionnent. Didier Lacroix, Ugo Mola sont devenus les deux hommes forts des pensionnaires des Sept Deniers avec un socle bâti sur deux axes forts : un extra sportif à taille humaine avec de plus en plus de moments partagés avec les supporters et un jeu recouvré. Un retour à l’esprit originel du club en fait porté par un staff estampillé «Capitole» ! Et là où la fuite en avant vers une vision individuelle de notre sport devient la norme pour les acteurs du rugby pro (et même ailleurs..), le Stade met un point d’honneur à rendre vrai ce poncif qui veut que «la star, c’est l’équipe !».

Alors que cette formule a été maintes fois -faussement- utilisée pour «faire vanne que», c’est un pur bonheur de s’apercevoir que la vérité sportive  de la bande à Mola en est la plus grande preuve.

 

Changement d’heure, changement d’ère …

Ce samedi, nos téléphones indiqueront une heure en plusdans la nuit de samedi à dimanche. Et donc à 2 heures du matin, vous aurez 60 mn en moins pour refaire ce match contre le Racing. Match qui ne se déroulera qu’environ 14 heures et quelque plus tard mais tant pis…

Entre boule de cristal, indiscrétions d’Ernest Wallon, intuition de connaisseur et vérités «d’espécialistes» des compos d’équipe, voici en avant-première la compo souhaitée du Stade Toulousain, dans le désordre, mais argumentée.

On pose tout d’abord les incontournables :

– 11 Cheslin Kolbe
– 13 Sofiane Guitoune
–   7 François Cros
–   9 Antoine Dupont

Pas de discussions possibles.

On ajoute ceusss qui sont emplis de confiance et qui ont participé aux dernières prestations

plus qu’abouties :

– 12 Pita Ahki
– 14 Lucas Tauzin
– 10 Zack Holmes
–  6 Rynhardt Elstadt
–  5 Richie Arnold
–  1 Clément Castets
–  2 Peato Mauvaka

Les vidéos et stats des dimanches précédents plaident en leur faveur, c’est clinique !

On y intègre les valeurs sûres

–  8 Jerome Kaino
– 15 Thomas Ramos
–   3 Charlie Faumuina
–   4 Joe Tekori

Un commentaire ?…

On complète pour les équilibres au poste :

– Guillaume Marchand au talon
– Maks Van Dyk à droite
– Cyril Baille à gauche
– Richie Gray (pour garder un double mètre sur le terrain si Arnold flanche)
– Gillian Galan (en 4 ou en 8) ou Piula Faasalele (en 4, 5 ou 6)
– Sébastien Bezy pour garder de la lucidité et de la gestion jusqu’au bout)
– Romain Ntamack (pour sa polyvalence en 10 et au centre)
– Maxime Médard (pour couvrir les trois postes du fond du terrain)

Soyons clair, cette compo n’a que peu d’intérêt en soi, d’autant qu’elle ne sera surement celle alignée dimanche. Elle est juste posée là pour agrémenter la discussion du Zinc de ce samedi midi ou l’apéro du soir à la Recoleta. Car l’équipe type de ce quart de finale de Coupe d’Europe ne sera peut-être pas composée des mêmes 15 joueurs lors de la demi-finale du Top 14 en juin ! Et ça c’est beau ! Sauf pour ceusss qui ne seront pas dans les 23 …

Que l’on soit Stadiste de toujours ou simplement amateur de rugby dans la dimension humaine qui lie les réponses de terrain au projet de club, on ne peut que souhaiter que cette saison soit ponctuée d’un titre. Ou deux. Car le virage pris par le Stade Toulousain met en avant et au plus haut point les fondements de notre sport :

. Affirmer l’identité stadiste comme socle de base !
. Renforcer le sentiment d’appartenance au club sur et hors du terrain !
. Faire confiance aux jeunes du club et y associer des joueurs de classe mondiale dans un cadre imposé.
. Remettre le jeu au cœur de notre sport !

Pour un peu, si nous n’avions pas chacun notre équipe à encourager ce dimanche, on se « bardisserait » les joues en rouge et noir dimanche …

L’heure est au changement d’heure ? Pas que. Ce Stade Toulousain-là, qui dévore les espaces et ne manque pas d’air, semble vivre et jouer sur une autre planète. Changement d’ère ? A vérifier dimanche …

 

Allez Stade !!

Miga Latapi

PartagerShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *