Rugby sHop
28 juin 2019

Premier rencard

Entre fin de printemps joyeux  et été torride, les plus romantiques d’entre vous sont prêts à goûter à cette chronique à l’eau de rose, interdite aux moins de 10 ans. Mais ici pas de musique langoureuse, pas de légèreté mais … Mais il est néanmoins question de séduction, de rencontres, d’émois même parfois. Car une saison de rugby c’est une aventure. Plus qu’une passade, elle invite les personnages principaux à partager des moments de vie avec toutes sortes d’émotions à venir. Absentes ou hyper rares seront les embrassades goulues toutes langues dehors, mais des intentions, des gestes, des paroles ne tromperont personne : un premier rencard, c’est un premier rencard ! Et on a beau dire, une première réunion de joueurs d’avant, ça compte  …

 

19h30. Tout début juillet. Le film débute dans les tribunes d’un de nos stades de nos campagnes, si bucolique. Il y a là le staff au grand complet. En face eux une cinquantaine d’adulte déjà un peu bronzé plus ou moins concentré.

L’angle nous propose les entraîneurs de dos. A côté d’eux, le président vient de dire ses premiers mots. « Nous comptons sur vous » … « Chez nous y a pas d’argent mais on a l’amour du maillot » … « Nous avons entière confiance en notre nouveau staff » … « Cette année, ça va le faire  … ».

L’image devient floue. Au bas de l’écran, un autre apparait, de fumée celui-là. Le caméraman est moins serein : des odeurs de grillades montent et captent les attentions. Elles titillent les narines des types, rappelant au rugbymen qu’ils n’en sont pas moins des hommes et accessoirement des viandards ! « Un diététicien au club ? Un quoi ? Oui, oui, c’est le boucher du village !» …  

 

Premier rencard

 

On a beau ne pas parler gps individuel, préparateur mental ou staff à 23 personnes, ces moments dans tous les clubs de rugby ont une saveur particulière. Ils représentent la première image d’un club pour les recrues. Ces recrues que tous les supporters veulent absolument voir !…

 

Les recrues

… Parce que les recrues, c’est « LE » fantasme. Il me revient à la mémoire ce 3ème ligne Landais « vendu » comme un surhomme, qui devait faire pas loin de 2 mètres, un jumper de qualité sup, plaqueur fou, l’enfant caché de François Cros, Fabien Nougailhon et Jean Pierre Rives ! La déception fut à la hauteur du mensonge quand arriva un type plus proche du mètre 80 même si la chevelure avait un peu de « casque d’or ». Heureusement, il était vaillant et s’avéra brave au combat, et inspiré en bringue ! Ouf …

 

Les anciens

A côté, les anciens ceux qui en sont à leur énième réunion. Ils ont même leur place attitrée dans les tribunes et arrivent avec le sourire en coin : Ils leur semblent qu’ils pourraient le mener ce premier rencard ! Même les recrues ils les toisent, petit sourire en coin. Ils leur arrivent de jouer aux mecs sympas mais ce n’est que pour mieux les faire couiner aux premiers entraînements …

 

Le discours

Le staff devrait parler en Néerlandais, s’habiller en kilt et user du slam pour susciter l’attention et surprendre « les vieilles guiboles » présentes. La prèp physique … la date de reprise … le modus operandi … ils connaissent ! Le seul truc qui les intéresse vraiment c’est le stage de début de saison. Parce que tous savent que beaucoup de choses se jouent là. Pas tout, mais bien préparé, il aide vraiment. Et pas besoin de partir à perpette …

 

La grillade d’après réunion …

On a beau parler de rugby, n’aborder que ce sujet-là, ça serait pauvre. Informel ou pas, au bout du 3ème rosé frais ou après la seconde bière du club, les anecdotes vont fuser. Sur la saison passée, le voyage ou encore l’historique du club. Les montées, les titres, les personnalités qui, à travers les décennies ovales du village ont façonné le club, ça compte ! Le morceau de barbaque partagé qui suivra également. Quand à minuit 38, les premiers partiront, qu’ils soient nouvel arrivant ou mec à 23 saisons au club, ils seront partis pour une nouvelle aventure commune qui aura pris sens ce soir-là.

 

L’identité de jeu de chaque club est primordiale. Croire que l’on peut dissocier la volonté sportive d’une saison à ce que le club a vécu avant est une erreur. Savoir d’où l’on vient pour atteindre ses objectifs, c’est primordial. Et le rugby n’est plus joué mais il est vécu. Et dès ce premier rencard, on est plus à côté de tel ou tel partenaire ou face à un groupe à convaincre mais on est ensemble à avancer avec la même volonté de prendre. Et de donner. Parce qu’entraîner c’est être entraînant bien au-delà du terrain et jouer c’est vivre bien plus de 80 minutes chaque dimanche !

Et là … ici … Maintenant … Tout devient possible !

 

                                                                                                                                                     Miga Latapi

 

 

 

PartagerShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *