Rugby sHop
20 octobre 2017

Passeport validé !

Passeport validé !

 

Pénétrons ensemble dans la sphère ovale des méandres un peu lassants de la formation des jeunes fous de rugby qui avancent (avancer, principe fondamental en rugby, retenez-le !…) dans nos catégories. Dans mon parcours, entre deux crochets et une franche percussion, j’ai « mangé » un « cadrage débord » dans la catégorie Minimes. J’écris « Minimes » mais c’est important : car maintenant on dit « U13 et U14 ». « U » pour « Under » of course. ‘Paraît que c’est pour uniformiser la donne all over the world… OK. Enfin d’accord.

 

Vers l’infini et… en deçà !

Un passeport de joueurs de devant ! Voilà le document qui permet à tous les gamins de 13 ou 14 ans de pouvoir jouer les mêlées dites pédagogiques. Sans le passeport, point de farnac ! Tu ne peux pas goûter à la singularité même de ce jeu, cet affrontement si collectif et à la fois si individuel qui fait que tu vas sentir le souffle des naseaux de ton-vis-à-vis et lui humer le tien ! Un passeport vers le bonheur infini et l’au-delà, jouissif au plus haut point disent les vrais. Sûr ? De ma seule mêlée au poste de pilier, disputée en juniors contre Fabrice Trainini (dont l’hérédité du Lomagnol dans ce domaine est validée par bien plus spécialistes que moi), j’ai du mal à être crédible : en effet, fier comme Artabus (je sais que c’est Artaban mais une figure locale ayant raté la leçon d’histoire ce jour-là nous permet, grâce à son erreur, de noircir cette page en nous faisant sourire a minima…), je remplace mon pilier droit blessé. L’entrée est épique et, pour la suite, ça a piqué : le fameux Trainini, de pilier droit chez les jaunes m’a fait passer pilier gauche chez les bleus en une clé de bras et un coup de « baticol » ! La mêlée s’est terminée à 4 contre 2 ; moi avec eux et les miens qu’à deux ! Vous souriez sûrement, mais pas moi sur le coup … Mes potes non plus. La mêlée suivante je retournais en 8, là où le rugby paraît beau, où l’horizon est moins tourmenté …

Voilà pourquoi les jeunes années passées aux postes de 1e ligne sont formatrices et les vrais là s’y régalent vraiment. Et qu’il est donc important de les laisser jouer …

 

 Vergogne !

Ce fameux passeport comprend des tests, théoriques mais surtout pratiques, notamment de posture. Gainage, travail des abdos, sans entrer dans les détails, c’est une caisse à outil pour éviter aux jeunes de se blesser et d’adopter des gestes appropriés qui sont garants de la santé du joueur. J’adhère à cet outil, vraiment.

Oui mais voilà, Gigi lui il n’y arrive pas. Gigi, pourtant le rugby c’est sa vie. Il n’embrasse pas encore et certains, des cons qui ne jouent pas au rugby, se moquent de lui. Parce que Gigi, il a des problèmes de poids et ses bourrelets dépassent le nombre de bandes chez adidas. Et si, pour la marque, plus c’est gras plus ça aide, bé pour Gigi moins. Et je sais de quoi je parle, j’ai eu 13 ans et si ma tante n’avait pas eu de cesse de me répéter « tu n’es pas gros, tu as de gros os ! », jamais je n’aurais pu croire que sous 4 rondins de chamallows à l’horizontale qui me servaient de ventre se cachaient quelques muscles …

Et donc Gigi n’y arrive pas à ces postures ! Et dos plat, et dos rond, il n’y arrive pas ! Pourtant Gigi, c’est un des meilleurs joueurs de sa catégorie. Il a la passe vrillée des deux côtés, il a le bulbe qui marche à 2000 et joue les deux contre un comme Codorniou ! Discriminant au possible ce passeport ! Heureusement que ses potes l’adorent sinon c’est la honte absolue !

 

 

Alors on dit quoi à Gigi ? Parce que pour ses copains, Gigi c’est Gigi ! Et pas question de le chambrer! Comme en plus il n’est pas le dernier pour chanter « Morpionibus » au fond du bus, tu n’as pas un mec qui se fout de ses kilos en trop. Mais Madame Efféferre qui gère le spectacle, de Gigi elle n’en veut pas ! On se foutrait donc, dans ce monde ovale si riche de sa dimension humaine et éducative, de la dimension sociale de l’extraordinaire champ de tolérance et de solidarité qu’est le rugby ?! Pourtant c’est bien lui qui, en partie, façonne et épanouit ce gamin-là comme le tout petit petit petit malin de numéro 9 ou le rapide ailier black!

J’ose espérer que non. Parce que comble du comble, en U15 et U16, en cadets, tu n’as plus de passeport de joueur de devant à passer ! Aberrant ! Et j’ai mieux : tu en as un autre (le même d’ailleurs) à passer à nouveau en Seniors ou Belascain ou féminines seniors !

Alors Gigi, tu vas continuer et tu vas y arriver ! Hors de question qu’on te laisse tomber et que tu attendes deux ans pour vivre à nouveau ta passion avec les tiens ! Tu vas trouver le mec qui va t’aider et tu vas montrer à tous, tes potes qui te veulent au milieu, tes entraîneurs qui sont avec toi et dame Effefère, qui tu es ! Gigi, tu es un mec important, comme ce grand pingeât de Paul, Jean qui n’aligne pas 3 mots de français et ce branleur de Matthieu qui fait le con avant chaque match mais qui dégomme tout sur le terrain !

Dans 10 ans on en rigolera de cette connerie-là. Je me suis même laissé dire que tes entraîneurs voulaient te faire jouer n°9 ou n°10. Et pourquoi pas tè ?! Juste parce qu’ils te veulent dans l’aventure ! En plus de tous temps ça a existé des gaillards qui jouaient derrière !

Je ne sais pas comment étaient foutus, gamins, les Enrico Januarie, Basile Fagot, Lulu Pariès, Adrien Ospital, Henri Mioch, Gilles Galy, Franck Mesnel et son plus grand vis-à-vis Gérald Duvert, Richard Bamale, Jonah Lomu, Germain Faragou, Camille Lopez, Robin Massuet, Thierry Lalbiat, Byron Kelleher, Ludovic Mourlanne, Michel Cruzel, Jérôme Zumthor, mais imaginez un peu si un passeport refusé à la douane ovale de leur 14 ans les avait éloignés du rugby … Quelle perte pour notre sport amputé là de bons mecs et de vrais joueurs de rugby, respectables et respectés !

Gigi, le seul passeport qui compte, celui de la famille, tu l’as tamponné et tu peux passer ! Ou percuter et rire et chanter au fond du bus : viens, elle est là ta famille …

 

Miga Latapi

PartagerShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Une réaction au sujet de « Passeport validé ! »

  1. Merci Miga, c’est avec émotion que j’ai lu ta chronique, et je ne peux qu’appuyer ton propos, en invitant Gigi à persévérer. En effet, même si Gigi n’y arrivait pas, il aura le privilège de faire partie d’une famille à jamais: la famille de ceux qui auront le plaisir de mettre ou la peine de prendre un « caramel », après lequel, ils se sont relever fier, de pouvoir se retrouver sur ses jambes en feignant de ne rien avoir senti passer…! A la tienne Latapi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *