Rugby sHop
9 novembre 2018

Just in Kolbe

Avant l’Argentine et les Fidji, notre équipe de France reçoit l’Afrique du Sud dans le cadre du premier test de la Tournée d’Automne. La fenêtre internationale étant -malheureusement pour nous- enfin ouverte, Rassie Erasmus, le sélectionneur des Sud Af’, va pouvoir récupérer « ses européens ». Ainsi, entre autres,  le deuxième ligne de Gloucester, Franco Mostert, le demi de mêlée de Sale Faf de Klerk, l’arrière des Wasps, Willie le Roux seront potentiellement de la partie.  Ainsi que … Cheslin Kolbe. Si vous ne connaissez pas Cheslin Kolbe, deux raisons à cela : vous n’avez pas la télé et donc vous ne regardez pas le Top 14 ou pire, vous êtes allergique au Stade Toulousain. C’est ballot ! Et on s’en passerait bien ce samedi soir. Son principal défaut risque de nous exploser « à la gueule » : il est sud africain, la version actualisée (et améliorée)  de Gio Aplon en fait … Et le rugby par Aplon ou  Kolbe …

 

Just in Kolbe

 

Le poncif : l’équipe d’Afrique du Sud de rugby. Des monstres, des animaux privilégiant la dimension physique à tout prix avec un jeu pragmatique ne laissant aucune place au jeu de mouvement. Le jeu au pied étant la seule alternative à cette option de base.

 

172 centimètres, c’est grand ! Très grand …

Cette vision des Springboks est un peu celle qui a traversé les temps et qui, très souvent, s’est avérée juste.

La même vérité samedi au Stade de France ? Pas sûr.

Le rand, la monnaie sud-africaine valant en ce moment environ 0.062 €, j’en mettrais bien une poignée sur la table pour un jeu beaucoup plus complet. A l’heure où je noircis cette page, on ne sait pas encore si Cheslin Kolbe sera sur le terrain à 21 h samedi soir mais sa sélection dans le groupe témoigne de l’évolution du rugby des Boks.

Les supporters du Stade Toulousain et les amateurs de rugby tout simplement sont en admiration devant ce phénomène de 1.72 m. 172 centimètres, on peut penser que ce n’est pas grand. Mais oh que si !

 

Cigagna pour Jauzion puis Pelous qui sert Kolbe …

Ce joueur est une bombe. Ses appuis, son gaz et au-delà de tout, sa volonté de jouer les coups vous réconcilieraient avec le -vrai- rugby en moins de trois actions de cet ailier hors du commun. Le voir négocier les un contre un, autrement qu’en visant l’épaule du milieu dénote avec ce qui est devenu la norme aujourd’hui et ce avec une efficacité qui fait peur (à ses vis-à-vis aussi). L‘évitement quand même …

J’imagine le Stade intergénérationnel avec Albert Cigagna qui, dans le désordre absolu qu’affectionnaient les Rouge et Noir lors d’une contre-attaque longue, retrouve Jean-Michel Rancoule qui sert Fabien Pelous pour Fred Michalak qui donne à Yannick Jauzion pour Cheslin Kolbe. Et là …

 

Mais revenons à ce samedi et à ce joueur qu’exceptionnellement nous n’aimerons pas -trop- pour le coup. Avec lui, Kitshoff, Marx, de Allende, Nkosi, Kolisi sont des joueurs qui peuvent rivaliser dans un jeu plus aéré et plus complet. Si cette équipe arrive à équilibrer ses intentions offensives, il y a fort à parier que le grand ailier miniature toulousain, qui devrait arriver prochainement à dire « con » à la fin de ses phrases puisqu’il vient de signer dans la ville rose jusqu’en 2023, va faire partie des joueurs qui vont éblouir les stades dans le futur.

Pourvu que celui-ci ne soit pas trop proche ! Peu importe in fine car le rugby, vu juste en Kolbe, …c’est bon …

 

Miga Latapi

PartagerShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *